Montana et Sarah Cracknell, le postmodernisme à parfois du bon.